Jail

Graphisme

Jail dénonce le harcèlement et toutes les horreurs qu’il entraîne.
Un crâne enfermé derrière des barreaux, harcelé par un oiseau. Autour les impacts de balles et le sang qui sont autant d’allégories des moqueries et des insanités humaines.
Dans cette prison graphique, se pose la question de la culpabilité ressentie derrière les barreaux. L’oiseau rit, mais le crâne ne vit plus.

A travers cette peinture à la symbolique autant substantielle que formelle, entre lumière des derniers instants de la vie et rouge sang, entre griffures de clou à même la toile et projection furtive, l’artiste Julien Goulois se livre. Ayant lui même vécu le harcèlement et atteint du syndrome d’Asperger, il expie son traumatisme et interpelle les coupables par l’acte de création.